KaZeo
+
albert einstein09
Follow me
Join now
Rubriques
Newsletter
Liens partenaires
  • Aucun lien actuellement

Salut à tous

Une nouvelle étude suggère l'existence d'interactions différentes exercées par la matière noire, la mystérieuse matière hypothétique qui entoure les galaxies de l'Univers.

Maxisciences/Gentside Découverte - L'amas de galaxies Abell 3827

Mystérieuse, la matière noire n'a pas fini de nous révéler ses secrets. Une récente étude menée par une équipe internationale de chercheurs permet toutefois d'en savoir d'avantage sur cette matière hypothétique.

Selon ces dernières conclusions, celle-ci pourrait interagir avec d'autres forces que la gravité.

"Nous avons découvert pour la première fois que la matière noire pourrait avoir plus d'un tour dans son sac", a déclaré à l'AFP, Richard Massey, astrophysicien à l'Institut de Cosmologie Computationnelle de l'Université de Durham, au Royaume-Uni.

A l'heure actuelle, les astrophysiciens s'accordent à théoriser que les galaxies telles que la Voie Lactée, se situent au sein d'immenses réservoirs de matière noire.

La masse de cette matière et par conséquent la gravitation qu'elle produit, assurent la cohésion de ces galaxies.

Une matière hypothétique et énigmatique

Selon les estimations, la matière noire représenterait 85% de la masse totale de l'Univers. Toutefois, malgré son importance, sa véritable nature reste encore inconnue.

"C'est embarrassant, le peu de choses que nous savons à propos d'elle", explique Richard Massey.

Pour en savoir un peu plus, le chercheur a réalisé avec ses collègues une série d'observations à l'aide du télescope Hubble et du Very Large Telescope (VLT) de l'Observatoire européen austral (ESO).

Leur étude s'est centrée sur la collision de quatre galaxies au sein de l'amas Abell 3827, situé à 1,3 milliard d'années-lumière de la Terre.

Au sein de ce système, les scientifiques sont parvenus à localiser la matière noire.

Leurs résultats, publiés dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, indiquent ainsi la présence d'un (...)

Lire la suite sur maxisciences.com;

http://www.maxisciences.com/matiere-noire/des-scientifiques-devoilent-une-nouvelle-facette-de-la-matiere-noire_art34651.html

Amicalement

Samedi 18 Avril 2015 à 03h20 dans AccueilPoster un commentaire

Salut à tous

Trois études dédiées à la Lune et son histoire viennent de lever le mystère qui entoure les origines de notre satellite.

Les chercheurs pensent que la Lune est née de la collision de la Terre avec une planète "jumelle".

Ensuite, notre planète et son satellite ont été bombardés par différentes quantités d'astéroïdes qui ont altéré leur composition.


Maxisciences/Gentside Découverte - L'origine de la Lune

La Lune est notre plus proche voisine, mais son histoire reste encore bien mystérieuse...

Nous pouvons cependant mieux comprendre les origines de notre satellite grâce à trois études publiées cette semaine.

Les scientifiques s'accordent déjà à penser que la Lune est née de Théia, une planète de la taille de Mars venue frapper la jeune Terre.

Mais personne n'arrivait à expliquer pourquoi notre planète et son satellite se ressemblaient autant.

À moins que Théia et la Terre aient eu la même composition chimique, ce que les chercheurs pensaient être hautement improbable jusqu'alors.

Les résultats d'une équipe israélienne indiquent maintenant le contraire : la probabilité que deux planètes "soeurs" soient entrées en collision ne serait pas si négligeable.

Quand deux planètes jumelles se rencontrent

D'après la théorie actuelle de la naissance de la Lune, elle aurait été formée il y a environ 4,5 milliards d'années lorsqu'un impacteur mesurant environ un dixième de la taille de la Terre a percuté notre planète.

Mais les simulations suggèrent que notre satellite devrait être composé en majorité des restes de l'impacteur, appelé Théia.

Le problème, c'est que les planètes sont souvent très différentes les unes des autres.

Pour que la Lune ait la même composition chimique que la Terre, il aurait fallu que cela soit aussi le cas pour Théia.

Or, les résultats de l'équipe du docteur Hagai Perets du Technion d'Haifa viennent de montrer que ce scénario était bien plus probable qu'on ne le pensait. "Beaucoup des impacteurs sur une planète ont une composition (...)

Lire la suite sur maxisciences.com ;

https://fr.news.yahoo.com/myst%C3%A8re-lorigine-lune-enfin-r%C3%A9solu-145420090.html

Amicalement

Samedi 11 Avril 2015 à 06h00 dans AccueilPoster un commentaire

Salut à tous

Notre Soleil a raté le "baby-boom" stellaire qui a éclaté dans notre jeune galaxie de la Voie Lactée il y a 10 milliards d'années. A cette époque, la Voie Lactée produisait des étoiles 30 fois plus vite qu'elle ne le fait aujourd'hui.

Notre galaxie était illuminée d'une tempête de naissance d'étoiles que la richesse de son réservoir de gaz d'hydrogène a comprimé par gravité, créant des myriades d'étoiles.

Mais notre Soleil n'était pas l'une d'elles.

C'était un enfant de la fin du baby-boom, surgissant 5 milliards années plus tard, quand la naissance d'étoiles s'était réduite à un filet.

Les astronomes ont compilé cette histoire de la croissance de notre Voie Lactée à partir de l'étude de galaxies semblables en masse à notre galaxie, trouvées dans les enquêtes profondes de l'Univers.

S'étendant dans le temps sur plus de 10 milliards d'années, le recensement contient près de 2000 clichés de galaxies semblables à la Voie lactée.

L'analyse comprend la plus complète étude multi-observatoires de galaxies à ce jour, et comprend des données provenant du Cosmic Assembly Near-infrared Deep Extragalactic Legacy Survey (CANDELS), prises avec le télescope spatial Hubble de la NASA.

Science Credit: NASA, ESA, C. Papovich (Texas A&M University), H. Ferguson (STScI), S. Faber (University of California, Santa Cruz), and I. Labbé (Leiden University)

Illustration Credit: NASA, ESA, and Z. Levay (STScI)

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2015/11/

Le Meilleur du télescope spatial Hubblehttp://pgj-new.pagesperso-orange.fr/0415-nouvelles.htm#baby-boom

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

La suite ;

http://pgj-new.pagesperso-orange.fr/0415-nouvelles.htm#baby-boom

Amicalement

Samedi 11 Avril 2015 à 05h38 dans AccueilPoster un commentaire

70 ans après, 5.000 personnes visitent le site de la toute première explosion atomique

Salut a tous

C'est à un tourisme apocalyptique d'un genre rare que se sont livrées plusieurs milliers de personnes, samedi 4 avril, nous rapporte le New Tork Times:

la visite du site du Nouveau-Mexique où a explosé la première bombe atomique, le 16 juillet 1945, dans le cadre de l'essai Trinity, lui-même part du projet Manhattan, quelques semaines avant Hiroshima et Nagasaki.

Slate.fr/Slate.fr - 70 ans après, 5.000 personnes visitent le site de la toute première explosion atomique

Là, une obélisque noire marque l'endroit où la bombe a explosé, c'est à dire, comme le rappelle la radio KRQE en citant des propos de l'époque du général Thomas Farrell, la naissance d'un phénomène aux effets «sans précédent, magnifiques, beaux, stupéfiants et terrifiants.

La main de l'homme n'avait jamais produit un phénomène au pouvoir aussi extraordinaire.»

D'après le quotidien américain, le site n'est généralement ouvert au public que deux fois par an (la prochaine fois sera en octobre) et l'ultime visite en date, la dernière avant les 70 ans de l'explosion, a suscité un record d'affluence, avec 5.534 visiteurs:

«Faites attention aux serpents, préviennent les règles de sécurité, mais ne vous souciez pas des radiations, qui sont tombées à des niveaux suffisamment bas pour ne plus être une cause de préoccupation. Ce qui n'a pas empêché une queue de se former pour prendre un selfie devant une pancarte accrochée à un grillage: "Danger, matériaux radioactifs".»

«Cet essai a amené la Seconde Guerre mondiale à une conclusion rapide et inauguré l'ère atomique. C'est donc ici, au milieu de nulle part dans le Nouveau-Mexique, que le monde a changé il y a 70 ans», a expliqué à l'Associated Press Erin Dorrance, porte-parole du site.

La journée de samedi a aussi été marquée par un mouvement de protestation de la part des Downwinders, un groupe local qui se bat pour la reconnaissance de l'impact négatif qu'a eue la bombe sur la santé des habitants de la région. «Dans ma famille, six personnes ont un cancer et deux personnes (...)

Lire la suite sur Slate.fr ;

http://www.slate.fr/story/99983/tourisme-site-premiere-explosion-atomique#xtor=RSS-2

Amicalement

Mardi 07 Avril 2015 à 02h18 dans AccueilPoster un commentaire

Salut à tous



20minutes.fr/20minutes.fr - Vue d'artiste d'un trou noir., SIPANY/SIPA

PHYSIQUE - On décrypte le vrai du faux sur la physique extrême de l’accélérateur de particules du Cern, qui redémarre dans quelques jours…

Depuis sa création, l'accélérateur de particules du Cern, le LHC (pour Large hadrons collider), alimente tous les fantasmes.

Matière obscure, mini-trous noirs, dimensions cachées: maintenant que sa puissance est doublée et alors qu'il redémarre dans quelques jours, que nous réserve le LHC?

On décrypte tout ça avec Etienne Klein, chef du Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du CEA et auteur avec Anna Alter de De quels atomes sommes-nous faits? (ed. Le Pommier).

On a découvert le boson de Higgs

VRAI, MAIS... C'était un des objectifs du LHC, et la grande réussite de sa première phase de fonctionnement.

«C'était une bonne nouvelle, d'autant qu'il a exactement les propriétés qui avaient été anticipées», souligne Etienne Klein.

Mais le travail autour de cette particule n'est pas terminé, et les connaissances qu'on en a doivent être affinées.

«Est-elle unique ou bien a-t-elle des partenaires électriquement chargés?

Quel est son couplage avec les autres particules?

Des questions restent en suspens...» note le physicien.

Une «matière noire» existe, et on ne la voit pas

VRAI. Avec la découverte du boson de Higgs, on peut dire que le modèle standard est complet.

L'objectif du LHC, c'est d'aller au-delà de ce modèle, par exemple en partant à la recherche de la matière noire (ou sombre, ou obscure).

«La dynamique des galaxies est telle qu'une matière invisible semble agir sur elle, la matière noire, constituée de particules que nous ne connaissons pas», explique Etienne Klein.

On est sûr qu'elle existe… en théorie.

Comme avec le boson de Higgs, on aimerait bien vérifier cette théorie.

«S'il a de la chance, si la masse des particules de matière noire est dans sa "fenêtre de tir", le LHC pourrait les détecter», avance Etienne Klein.

Ce qui nous (...) Lire la suite sur 20minutes.fr ;

http://www.20minutes.fr/article/1577967/ynews1577967?xtor=RSS-176

Amicalement

Vendredi 03 Avril 2015 à 07h37 dans AccueilPoster un commentaire
Horloge
Moteur de recherche